logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/03/2007

LE POETE A DIT.....

ICI-bas tous les lilas meurent
Je rêve aux printemps qui demeurent
Toujours
Ici-bas les lèvres effleurent
Sans rien laisser de leur velours....
Je rêve aux baisers qui demeurent
Toujours

Mais celui que l'Amour élève
Est délivré de ce souci:
Pour lui toujours dure le Rêve
Ici
Amours passés ,fleur qui se fane:
Illusion pour le profane,
Mais nous
Broutons la rose comme l'ane,
Rose qui jamais ne se fane
Pour Nous

C'est le galop des souvenances
Parmi les lilas des beaux yeux
Et les canons des indolences
Tirent mes songes vers les cieux...

APOLLINAIRE........

Commentaires

que le galop des souvenances soit doux à nos coeurs et que les roses de nos jardins , secrets ou bien présents nous aident à vivre ! amitiés astrée

Écrit par : ngeorges2 | 08/03/2007

Bonsoir Hélène je viens te faire une petite visite , je vois que tu as pris le large avec cette belle photo du voilier ! Malgré un beau soleil je suis dans la grisaille ! Ma fille vient de revenir et ça va aller mieux ! Merci pour tes messages discrets et chaleureux ! Gros bisous ! de nous deux , piépié et moi ! huguette !

Écrit par : macary huguette | 08/03/2007

Bonsoir, Je viens de quitter Serrault et Monsieur de Fontenelle. Je te dis à demain. Je n'ai rien lu ce soir


Bises du grillon

Écrit par : christian | 08/03/2007

Bonjour ,

Une autre manière de parler d'amour avec Geoges Moustaki, pour accompagner ce que m'a dit ce matin Appolinaire.

La femme qui est dans mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps
Les yeux cernés
Par les années
Par les amours
Au jour le jour
La bouche usée
Par les baisers
Trop souvent mais
Trop mal donnés
Le teint blafard
Malgré le fard
Plus pâle qu'une
Tache de lune

La femme qui est dans mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps
Les seins trop lourds
De trop d'amours
Ne portent pas
Le nom d'appâts
Le corps lassé
Trop caressé
Trop souvent mais
Trop mal aimé
Le dos voûté
Semble porter
Les souvenirs
Qu'elle a dû fuir

La femme qui est dans mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps
Ne riez pas
N'y touchez pas
Gardez vos larmes
Et vos sarcasmes
Lorsque la nuit
Nous réunit
Son corps, ses mains
S'offrent aux miens
Et c'est son coeur
Couvert de pleurs
Et de blessures
Qui me rassure

Bises du grillon fidèle

Écrit par : christian | 08/04/2007

Oh lalalalal ! c'est beau, bon comme Apollinaire et tous ces commentaires... j'aime. Bises de miche

Écrit par : miche | 08/13/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique